Contre le CapitalismeContre les ColonisateursManifestesMÉDIATHÈQUEPour défendre les Peuples indigènesPour un nouveau système ÉconomiquePour une Démocratie réelle

Repenser l’Apocalypse : Un manifeste indigène anti-futuriste

Traduction de l’anglais par Deepl.com


…C’est une transmission d’un futur qui ne se produira pas. D’un peuple qui n’existe pas…

Repenser l’Apocalypse : Un manifeste indigène anti-futuriste

PDF lisible : repenser l’apocalypse-lecture
Zine imprimable PDF : repenser l’apocalypse-PRINT

« La fin est proche. Ou est-elle déjà arrivée et repartie ? »

  • Un ancêtre

Pourquoi pouvons-nous imaginer la fin du monde, mais pas la fin du colonialisme ?

Nous vivons l’avenir d’un passé qui n’est pas le nôtre.
C’est une histoire de fantasmes utopiques et d’idéalisation apocalyptique.
C’est un ordre social mondial pathogène de futurs imaginaires, construit sur le génocide, l’esclavage, l’écocide et la ruine totale.

Quelles sont les conclusions à tirer dans un monde construit d’ossements et de métaphores vides ? Un monde de fins fétichistes calculées au milieu de la fiction collective de spectres virulents. Des tomes religieux aux divertissements scientifiques fictifs, chaque ligne de temps imaginée est construite de façon si prévisible : le début, le milieu et, finalement, la fin.
Inévitablement, dans ce récit, il y a un protagoniste qui combat un Autre Ennemi (une appropriation générique de la spiritualité africaine/haïtienne, un « zombie » ?), et une alerte au spoiler : ce n’est ni vous ni moi. Tant de gens sont prêts à être les seuls survivants de l' »apocalypse des zombies ». Mais ce sont des métaphores interchangeables, ce zombie/autre, cette apocalypse. 

Ces métaphores vides, cette linéarité, n’existent que dans le langage des cauchemars, elles font à la fois partie de l’imagination et de l’impulsion apocalyptiques.
Cette façon de « vivre », ou de « culture », est celle d’une domination qui consomme tout pour son propre bénéfice. Il s’agit d’un réarrangement économique et politique pour s’adapter à une réalité reposant sur les piliers de la concurrence, de la propriété et du contrôle à la recherche du profit et de l’exploitation permanente. Il professe la « liberté », mais ses fondements sont établis sur des terres volées, tandis que sa structure même est construite par des vies volées.

C’est cette même « culture » qui doit toujours avoir un Autre Ennemi, pour blâmer, revendiquer, affliger, asservir et assassiner.
Un ennemi sous-humain sur lequel toutes les formes de violence extrême sont non seulement permises mais aussi attendues. S’il n’a pas d’Autre immédiat, il en construit un méticuleusement. Cet Autre n’est pas fait de peur, mais sa destruction est imposée par elle. Cet Autre est constitué d’axiomes apocalyptiques et de misère permanente. Cet Autre, cette maladie de Weitko, est peut-être mieux symptomatisé dans son stratagème le plus simple, dans celui de notre refonte silencieuse :
Ils sont sales, Ils sont impropres à la vie, Ils sont incapables, Ils sont incapables, Ils sont jetables, Ils sont non-croyants, Ils sont indignes, Ils sont faits pour nous profiter, Ils détestent notre liberté, Ils sont sans papiers, Ils sont gays, Ils sont noirs, Ils sont indigènes, Ils sont moins que, Ils sont contre nous, jusqu’à ce que finalement, Ils ne soient plus.
Dans ce mantra constant de la violence recadrée, c’est soit Vous, soit Eux.
C’est l’Autre qui est sacrifié pour une continuité immortelle et cancéreuse. C’est l’Autre qui est empoisonné, qui est bombardé, qui est laissé tranquillement sous les décombres.
Cette façon d’être, qui a infecté tous les aspects de notre vie, qui est responsable de l’anéantissement d’espèces entières, de la toxification des océans, de l’air et de la terre, de la coupe à blanc et du brûlage de forêts entières, de l’incarcération massive, de la possibilité technologique de mettre fin à la guerre et d’augmenter les températures à l’échelle mondiale, c’est la politique mortelle du capitalisme, c’est une pandémie.

Une fin qui a déjà eu lieu.

L’invasion physique, mentale, émotionnelle et spirituelle de nos terres, de nos corps et de nos esprits pour s’y installer et les exploiter, c’est le colonialisme. Les navires naviguaient sur des vents empoisonnés et des marées sanglantes à travers les océans, poussés par une respiration superficielle et une pulsion d’asservissement, des millions et des millions de vies ont été tranquillement éteintes avant qu’ils ne puissent nommer leur ennemi. 1492. 1918. 2020…

Les couvertures de guerre biologique, le massacre de notre parent le buffle, la construction de barrages sur des rivières vitales, la brûlure de la terre non polie, les marches forcées, l’emprisonnement forcé, l’éducation coercitive par l’abus et la violence.
Le quotidien de l’après-guerre, de l’après-génocide, de l’humiliation post-coloniale de notre lent suicide de masse sur l’autel du capitalisme ; travailler, gagner sa vie, payer son loyer, boire, baiser, se reproduire, prendre sa retraite, mourir. C’est sur le bord de la route, c’est en vente sur les marchés indiens, servir des boissons au casino, réapprovisionner les Bashas, c’est les gentils Indiens derrière, vous.

Ce sont les dons de destins manifestes infestés, c’est cet imaginaire futuriste que nos ravisseurs voudraient nous voir perpétuer et dont nous ferions partie. L’imposition impitoyable de ce monde mort était motivée par une utopie idéalisée comme Charnel House, c’était « pour notre propre bien » un acte de « civilisation ».
Tuer l' »Indien » ; tuer notre passé et avec lui notre avenir. « Sauver l’homme » ; imposer un autre passé et avec lui un autre avenir.

Ce sont les idéaux apocalyptiques des agresseurs, des racistes et des hétéro-patriarches. La foi doctrinale aveugle de ceux qui ne peuvent voir la vie qu’à travers un prisme, un kaléidoscope fracturé d’une guerre totale et sans fin.

C’est une apocalypse qui colonise nos imaginations et détruit simultanément notre passé et notre avenir. C’est une lutte pour dominer le sens humain et toute l’existence.
C’est le futurisme du colonisateur, du capitaliste. C’est à la fois tout l’avenir jamais volé par le pilleur, le belliciste et le violeur.

Il a toujours été question d’existence et de non-existence. C’est l’apocalypse, actualisée. Et avec la seule certitude d’une fin mortelle, le colonialisme est un fléau.

Nos ancêtres ont compris que cette façon d’être ne pouvait pas être raisonnée ni négociée. Qu’elle ne pouvait être ni atténuée ni rachetée. Ils ont compris que l’apocalyptique n’existe que dans l’absolu.

Nos ancêtres ont rêvé de la fin du monde.

De nombreux mondes ont précédé celui-ci. Nos histoires traditionnelles sont étroitement liées au tissu de la naissance et de la fin des mondes. À travers ces cataclysmes, nous avons tiré de nombreuses leçons qui ont façonné notre identité et notre façon d’être les uns avec les autres. Nos façons d’être sont informées par la recherche de l’harmonie à travers et à partir de la destruction des mondes. L’elliptique. La naissance. La mort. La renaissance.

Nous avons une méconnaissance des histoires sur les histoires du monde qui fait partie de nous. C’est le langage du cosmos, il parle dans des prophéties longtemps gravées dans les cicatrices où nos ancêtres ont rêvé. C’est la danse des fantômes, les sept feux, la naissance du buffle blanc, la septième génération, ce sont les cinq soleils, c’est écrit dans la pierre près d’Oraibi, et au-delà. Ces prophéties ne sont pas seulement prédictives, elles ont également été diagnostiques et instructives.

Nous sommes les rêveurs rêvés par nos ancêtres. Nous avons traversé tous les temps entre les souffles de nos rêves. Nous existons à la fois avec nos ancêtres et avec les générations non soudées. Notre avenir est entre nos mains. Il est notre mutualité et notre interdépendance. Il est notre parent. Il est dans les plis de nos souvenirs, doucement pliés par nos ancêtres. C’est notre temps de rêve collectif, et c’est maintenant. L’époque. Demain. Hier.

L’imagination anticoloniale n’est pas une réaction subjective aux futurismes coloniaux, c’est un futur anti-colonial. Nos cycles de vie ne sont pas linéaires, notre avenir existe sans temps. C’est un rêve, non colonisé.

C’est l’anti-futur indigène.

Nous ne nous préoccupons pas de la façon dont nos ennemis nomment leur monde mort ou dont ils nous reconnaissent ou reconnaissent ces terres. Nous ne sommes pas concernés par le remaniement de leurs méthodes de gestion du contrôle ou par le respect de leurs accords ou traités morts. Ils ne seront pas contraints de mettre fin à la destruction sur laquelle leur monde est fondé. Nous ne les implorons pas de mettre fin au réchauffement climatique, car c’est la conclusion de leur impératif apocalyptique et leur vie est bâtie sur la mort de la Terre Mère. Nous enterrons ensemble l’aile droite et l’aile gauche dans la terre qu’ils ont si faim de consommer. La conclusion de la guerre idéologique de la politique coloniale est que les peuples indigènes perdent toujours, à moins que nous ne nous perdions nous-mêmes. Les capitalistes et les colonisateurs ne nous conduiront pas hors de leur futur mort.
L’idéalisation apocalyptique est une prophétie qui s’accomplit d’elle-même. C’est le monde linéaire qui se termine de l’intérieur. La logique apocalyptique existe dans une zone morte spirituelle, mentale et émotionnelle qui se cannibalise également. Ce sont les morts ressuscités pour consommer toute vie.

Notre monde vit lorsque leur monde cesse d’exister.

En tant qu’anti-futuristes indigènes, nous sommes la conséquence de l’histoire de l’avenir du colonisateur. Nous sommes la conséquence de leur guerre contre la Terre Mère. Nous ne permettrons pas que le spectre du colonisateur, les fantômes du passé hantent les ruines de ce monde. Nous sommes l’actualisation de nos prophéties.
C’est la réémergence du monde des cycles.
C’est notre cérémonie.
Entre des cieux silencieux. Le monde respire à nouveau et la fièvre s’apaise.
La terre est silencieuse. Elle attend que nous l’écoutions.

Quand il y a moins de distractions, nous nous rendons à l’endroit où nos ancêtres ont émergé.

Et leur/notre voix.

Il y a ici une chanson plus ancienne que les mondes, elle guérit plus profondément que la lame du colonisateur ne pourrait jamais couper.

Et là, notre voix. Nous avons toujours été des guérisseurs. C’est le premier médicament.

Le colonialisme est un fléau, le capitalisme est une pandémie.
Ces systèmes sont contre la vie, ils ne seront pas obligés de se guérir eux-mêmes.
Nous ne permettrons pas à ces systèmes corrompus et malades de se rétablir.
Nous allons nous répandre.

Nous sommes les anticorps.

  • + + +

Addendum : Dans notre passé/votre avenir, ce sont les attaques non systématiques et non linéaires contre les infrastructures critiques vulnérables telles que les services de gaz, les couloirs de transport, l’alimentation électrique, les systèmes de communication, et plus encore, qui ont rendu le colonialisme des colons impossible sur ces terres.

Notre organisation était cellulaire, elle ne nécessitait aucun mouvement formel. La cérémonie était/est notre libération, notre libération était/est la cérémonie. Nous avons honoré nos enseignements sacrés, nos ancêtres et les générations à venir. Nous n’avons eu aucun mérite. Nous n’avons publié aucun communiqué. Nos actions étaient notre propagande. Nous avons célébré la mort de la solidarité de gauche et c’est un romantisme apocalyptique myope. Nous n’avons rien exigé des capitalistes/colonisateurs.

Source
Indigenous Action
Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer