CinémathèqueContre le CapitalismeContre les systèmes autoritairesLES POINGS LEVÉSMÉDIATHÈQUE

L’aventure c’est l’aventure de Claude Lelouch.

l’aventure c’est l’aventure 1972 : un documentaire exclusif.

L’Aventure c’est l’aventure est un film franco-italien réalisé par Claude Lelouch, sorti en 1972. Boudé par la critique à sa sortie en salle, malgré un succès au box-office, il est propulsé avec les années au rang de film culte1,2.

Après 1968, devant un monde en apparente effervescence, trois truands (Lino, Jacques, et Simon) et leurs deux sous-fifres (Aldo et Charlot) recyclent leurs méthodes traditionnelles de gangsters et décident de jouer la politique pour leurs méfaits : enlèvement de Johnny Hallyday (avec sa complicité, pour une campagne promotionnelle), mercenaires pour des révolutionnaires d’Amérique du Sud, détournement d’avion non violent et bien d’autres surprises entre la France et l’Afrique.

L’AVENTURE C’EST L’AVENTURE COURS DE POLITIQUE.

En 1971, Claude Lelouch est invité à dîner chez son ami le réalisateur Pierre Kast, où sont également conviés des journalistes des Cahiers du cinéma3. En fin de soirée, Kast demande à Lelouch s’il a passé un bon moment, ce à quoi l’auteur d’Un homme et une femme lui répond qu’il n’a rien compris à ce qu’il a entendu3. Le lendemain, Lelouch revoit son hôte et le remercie car il a l’idée « de faire un film sur la confusion, pour montrer à quel point les intellos mélangent tout » et qu’ils « sont séduits par n’importe quel discours si l’orateur a du charisme », tout en voulant « faire intervenir des voyous qui n’ont rien à cirer de rien, mais qui se servent de la politique pour faire de l’argent »3. Lelouch s’attaque à ce film « politiquement incorrect », qui va devenir L’aventure c’est l’aventure et pense à Jean-Louis Trintignant, avec lequel il avait déjà tourné dans Le Voyou pour incarner un des personnages, mais l’acteur ne croit pas à l’histoire et pense ne pas rentrer dans le personnage3. Le rôle est finalement confié à Jacques Brel, qui accepte afin de parfaire son apprentissage de la mise en scène2. Le réalisateur envisage Simone Signoret dans le rôle de la prostituée qui harangue la foule, mais Signoret « a eu peur » et Nicole Courcel est finalement choisie3. Charles Denner est choisi pour jouer le second des rôles principaux masculins, mais le côté «névropathe cyclique» rebute l’acteur, mais selon Lelouch, Denner est « finalement séduit par l’idée d’interpréter un personnage aux antipodes de lui-même »3.

L’AVENTURE C’EST L’AVENTURE Bande Annonce VF 1972 HD.

Ayant envie de travailler avec Lelouch, Lino Ventura donne son accord après que le réalisateur a mis l’acteur en confiance en parlant du projet des pieds nickelés comme des « voyous surréalistes »3. Bernard Tapie et Marcello Mastroianni avaient également été pressentis pour le rôle d’Aldo Maccione4.

L’aventure c’est l’aventure (1972) – Pourquoi je baisse le pantalon.

Interview de Claude Lelouch : « Je voulais faire à tout prix un film sur l’année 71, 72, enfin… sur l’époque dans laquelle nous vivions (…) et si je voulais parler de ça, fallait parler de la contradiction… fallait parler des gens qui sont convaincus d’être persuadés de certaines choses et qui changent d’avis deux secondes après, qui se contredisent, qui votent pour n’importe qui, qui disent n’importe quoi à n’importe qui… (..) un film pas fou… pas fou mais profondément réaliste »

Extraits choisis de l’Aventure c’est l’aventure.
Source
Wikipédia
Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer